sonde ETO

A Tel-Aviv, une équipe de scientifique présente une première mondiale ce lundi 15 avril 2019 dans la revue Advenced Sciences. En effet, l’équipe dirigée par le professeur Tal Dvir publie ses travaux sur un prototype de cœur imprimé en 3D à partir de cellules humaines. Cette nouvelle technique représente un espoir pour les patients en attente d’une greffe. Notre laboratoire de réparation de sonde ETO vous parle souvent des avancées technologiques dans le domaine de la médecine cardiaque dans son blog. C’est donc tout naturellement que nous avons décidé de nous pencher sur ce sujet pour vous.

Une première mondiale

Le cœur produit par l’équipe de chercheur représente une avancée majeure dans le monde de la médecine. Comme l’explique le professeur Tal Dvir : «C’est la première fois qu’on imprime un cœur dans son intégralité avec ses cellules et ses vaisseaux sanguins, c’est aussi la première fois qu’on utilise de la matière et des cellules provenant du patient». Pour le moment, les médecins utilisent des éléments synthétiques ou naturels. Des tissus avaient déjà été réalisés à partir de tissus humains, mais jamais avec des vaisseaux sanguins.

Futur prometteur

Bien qu’il ne fonctionne pas encore, le cœur de l’équipe du professeur Tal Dvir est très prometteur. Les cellules arrivent déjà à se contracter, mais pas à pomper. Son utilisation permet une diminution des rejets chez les patients qui subissent une greffe. Pour le moment, ce cœur ne peut être transplanté sur aucun être vivant. L’équipe qui est à l’origine de ce projet espère pouvoir recourir à des tests sur des animaux d’ici l’année prochaine. Pour pouvoir transplanter un être humain, il faut attendre que la résolution des imprimantes 3D augmente. Mais le professeur Tal Dvir «ne [veut] pas donner de calendrier pour les essais sur l’homme». Il ajoute que «dans 10 ans il y aura des imprimantes 3D dans les hôpitaux, que ces imprimantes imprimeront des organes pour les patients, et qu’ils commenceront probablement à le faire avec des organes plus simples que le cœur».

Il faudra donc attendre encore un certain temps avant qu’un cœur imprimé en 3D rencontre une sonde ETO. Notre laboratoire expert en réparation de sonde ETO vous tiendra informé quant à l’évolution de ce prototype.